[Critique] L'Espion qui m'aimait

L'Espion qui m'aimait 1977

La saga James Bond est et restera une saga à part au cinéma. Elle suit, comme chacun sait, un agent secret anglais doté d’un flegme et de one-liners à toute épreuve. La saga est la plus longue du cinéma. Le premier, Dr. No a fêté ses 50 ans cette année.

C'est pourquoi, nous allons passer en revue à travers nos critiques, ses 22 films avec en apothéose sa dernière aventure : Skyfall.

Pour le troisième James Bond interprété par le suave Roger Moore, et le deuxième réalisé par Lewis Gilbert (On ne vit que deux fois), l’espion anglais devait éviter une crise mondiale sur fond de sous-marins. L’Espion qui m’aimait, qui n’est pas une adaptation du livre du même nom, se devait d’être un peu plus novateur que les deux premiers James Bond de Roger Moore.

Malheureusement, le film ne réinvente encore rien, se contentant d’appliquer avec méthode ce qui marche dans les films de l’espion anglais sans pour autant arriver à un niveau d’On ne vit que deux fois, qui lui non plus ne réinventait absolument rien. Le film met un temps fou à démarrer. Les faux raccords et les défauts techniques en général sont nombreux et sautent aux yeux (exemple de Atlantis). Maintenant, il faut aussi reconnaître que l'Espion qui m'aimait est un James Bond atypique, très kitsch, trop peut-être, mais qui a au moins le fierté d'apporter une atmosphère stylisée tout à fait unique (costumes, musique). Les jeux de lumières et les magnifiques paysages y contribuent également.

Malgré tout, le film fait grandement défaut sur la prestation des acteurs. Razzie Award pour Curd Jürgens qui est dans la sur-interprétation du début jusqu'à la fin du film.  Même la fadasse Barbara Bach ne peut y remédier, seul Roger Moore propose quelque chose d'intéressant... mais toujours et éperdument axé sur l'humour.

Heureusement, certaines scènes sont très réussies, celles avec Jaws, personnage mythique s’il en est et l’apparition de Q, toujours joué par le génial Desmond Llewellyn, la chanson-titre est vraiment efficace et les scènes d’action sont musclées. Entre un score très médiocre, une réalisation pas forcément très efficace et des acteurs vraiment moyens, L’Espion qui m’aimait ne peut être considéré comme un bon cru. Mais il reste néanmoins un film sympathique et divertissant.

L'Espion qui m'aimait 1977

L'Espion qui m'aimait a beaucoup trop de failles, reste sur les acquis et c'est dommage car l'histoire est bonne. Seul le Requin sort un peu de ce film et nous permet de le mettre dans les méchants emblématiques.

Note :

Note-6-10

L'Espion qui m'aimait
Réalisé par Lewis Gilbert
Avec Roger Moore, Barbara Bach, Curt Jurgens, Richard Kiel,...

Date de Sortie: 12 Octobre 1977
Genre: Action, Espionnage, Policier

Synopsis: Les gouvernements soviétique et américain sont sur les dents : on leur a dérobé des sous-marins nucléaires. L'agent 007 et Anya, charmante espionne soviétique, tentent de déjouer les noirs desseins du méchant Stromberg...