[Critique] Le Grand Méchant Loup

le grand mechant loup 2013

Remake de la comédie québécoise de Patrick Huard, Les Trois Petits Cochons, sorti il y a cinq ans, Le Grand Méchant Loup s'appuie sur un casting cinq étoiles pour un maximum de potentiel comique...

Il y a cinq ans sortait La Personne Aux Deux Personnes, le premier film de Nicolas & Bruno. Les deux transfuges de Canal + y imprimait leur humour totalement décalé épaulé par les formidables Alain Chabat et Daniel Auteuil. Malgré ce casting de poids, le film a fait un flop.

Pour leur second film, Nicolas et Bruno ont choisi d'adapter le film canadien Les 3 P'tits Cochons sorti il y a cinq ans. Ils en ont gardé la trame scénaristique ainsi que quelques scènes et dialogues forts et ont vraiment fait une transposition pour la France en y glissant tout de même quelques petites touches personnelles. Manque à l'appel leur humour décalé découvert sur Canal + dans Les Messages A Caractère Informatif à la fin de Nulle Part Ailleurs. Le Grand Méchant Loup se veut peut être plus mature et prête en tout cas moins à rire que leur précédent long métrage. Comme son homologue canadien, Le Grand Méchant Loup est aussi une variation autour du célèbre conte. Les trois frères ressemblent aux personnages et vivent respectivement dans des maisons en paille, en bois et en briques. C'est cependant celui qui vit dans la maison en bois qui va le premier succomber au Grand Méchant Loup. Une jeune actrice qui arrive dans sa vie au moment ou il est en plein doute sur sa vie et son couple. Ce grand souffle de liberté retrouvé va provoquer une avalanche de catastrophes chez lui et bouleverser aussi la vie de ses frères.

Ces trois petits cochons là sont interprétés par un trio inédit au cinéma formé par Benoit Poelvoorde, Kad Merad et Fred Testot. Pas évident de trouver un air de famille entre les trois comédiens mais chacun ont sans se forcer le caractère idéal pour interpréter chacun de leurs rôles. En incarnant celui qui met le premier le doigt dans l'engrenage, Benoit Poelvoorde est un peu plus mis en avant que les autres. Il tire surtout le gros lot en ayant la chance d'avoir pour amante la sublime Charlotte Le Bon qui nous fait profiter de sa plastique avantageuse et de son humour. Les autres femmes de cette histoire auront forcement du mal à rivaliser !

Rythme soutenu et dialogues qui font mouche, on a pas le temps de s'ennuyer un seul moment pendant ce film. Cependant Le Grand Méchant Loup n'est pas vraiment une comédie à mourir de rire. Pas de gag pour le gag mais des situations qui prêtent bien souvent à sourire. L'excellente prestation de l'ensemble des comédiens y est pour beaucoup dans la réussite de ce projet. Cependant le sujet de l'adultère revient un peu trop souvent dans le cinéma français et Kad Merad et Fred Testot en savent quelque chose pour avoir déjà tourner sur des sujets similaires. Avec ce film plus mainstream et son casting de poids, les deux réalisateurs ont cette fois ci plus de chance d'obtenir un véritable succès même si le sujet du film n'est pas le plus porteur.

le grand mechant loup 2013

Le Grand Méchant Loup est une bonne comédie, qui démarre en trombe, puis stagne un peu mais n'oublie jamais de nous faire marrer. Et le fond n'est pas si mal.

Note :

Note-6-10

Le Grand Méchant Loup
Réalisé par Nicolas Charlet et Bruno Lavaine
Avec Benoit Poelvoorde, Kad Merad, Fred Testot, Charlotte Le Bon, Valérie Donzelli, ...

Date de Sortie: 10 Juillet 2013
Genre: Comédie

Synopsis: Il était une fois trois frères qui vivaient heureux. Du moins le pensaient-ils. Un jour leur maman eut un accident. Alors Henri, Philippe et Louis se mirent à se questionner sur le sens de leur vie. Une grande vague de doutes pour ces quarantenaires versaillais sans histoire, qui suffit à leur faire entrouvrir la porte à l'inédit, à l'interdit, à l'aventure... au Grand Méchant Loup!
De maison de paille en maison de bois, le loup aussi sexy soit-il délogera-t-il nos trois frères ? Et l'hôtel particulier en pierre de taille de l'aîné, est-il vraiment si solide ? Et si au bout du compte la vie d'adulte n'était pas complètement un conte pour enfant ?