[Critique] Libre et assoupi

libre et assoupi 2014Libre et assoupi se veut une comédie française sympathique, différente de ses homologues, notamment par sa vision très mature des jeunes d'aujourd'hui, bien loin de la caricature et des différents clichés qui peuvent être véhiculés. Mais au delà de cette différence, le film est-il si différent que ce qu'il annonce être?

La réponse est sans hésité oui. Car si la réalisation n'a rien d'exceptionnel, et que l'ensemble du casting est bon, sans pour autant briller à tous les instants, c'est sans aucun doute pour sa dimension générationnel que le film réussit à marquer.

Tel un film de Klapisch avec sa trilogie sur Xavier, les trentenaires ou jeunes diplômés se retrouveront sans aucun doute face aux mêmes doutes que les personnages, sur l'avenir. Le trio réussit assez bien à cerner l'ensemble des éventualités, et du coup, tout le monde arrive à se retrouver dans ce cercle assez restreint de personnage. La multiplication des stages, la multitude d'emplois d'intermittence ou l'incertitude que l'on veut donner à son avenir professionnel sont autant de thématiques actuelles et traitées de manière juste.

L'humour n'est pas au top de sa forme, mais fait régulièrement sourire, que ce soit par des phrases à la fois pertinentes et drôles ou par des situations assez bien trouvées. L'ensemble des personnages secondaires, notamment celui interprété par Podalydès, arrive à marquer suffisamment pour laisser son empreinte dans le film sans pour autant empiéter sur les trois colocataires.

libre et assoupi 2014

Sympathique sans être exceptionnel, le film se veut très proche de la génération actuelle pour toutes ces personnes ayant connu la galère dans l'entrée dans le monde du travail. Le film nous permet de passer un bon moment.

Note :

Note-7-10

 

Libre et assoupi
Réalisé par Benjamin Guedj
Avec Baptiste Lecaplain, Charlotte Le Bon, Félix Moati, Denis Podalydès,...

Date de Sortie: 7 mai 2014
Genre: Comédie

Synopsis: Sébastien n'a qu'une ambition dans la vie : ne rien faire. Son horizon c'est son canapé. Sa vie, il ne veut pas la vivre, mais la contempler.