[Critique] Le Casse de Central Park

 Dernier film de Brett Ratner, le casse est surtout l'occasion de réunir une flopée de comiques américains, dont Eddie Murphy qui aurait pu en profiter pour faire son "come back".

Qu'on ne se trompe pas, ce film n'est pas une comédie qui vous fera mourir de rire. L'humour est très présent même si il ne s'agit pas d'un enchaînement de blagues. On sourit, on rit une ou deux fois, mais il s'agit plus d'un accessoire que d'un élément principal.

Non, le point fort de ce film vient de la participation des scénaristes des volets "Ocean's eleven". On a donc un vrai scénario, bien mené, structuré et haletant dans ses enchaînements de situations. Même si le tout reste assez classique dans son principe, voir ces comédiens faire autre chose que du comique basé sur l'absurde est très agréable.

Ces derniers s'en sortent bien et c'est très plaisant, quand on les a vus dans autant de films comiques, de les voir drôles dans des rôles plus sérieux. "L'affrontement" Eddie/Ben est fait avec plaisir, sans exagérations ou dénigrements de quoi que ce soit. 

Conclusion, malgré ses imperfections, le casse de central park est un film rondement mené, avec des comédiens au top niveau et même des sourires. Pas révolutionnaire, mais suffisamment drôle pour passer un très bon moment !

Note :

Note-8-10

Le Casse de Central Park

Réalisé par Brett Ratner
Avec Ben Stiller, Eddie Murphy, Casey Affleck, Alan Alda, ...

Date de Sortie: 23 Novembre 2011
Genre: Comédie, Action

Synopsis: Quand les employés d’une résidence de luxe en bordure de Central Park découvrent que le milliardaire occupant le penthouse n’est autre qu’un escroc qui les a spoliés de leur retraite, ils fomentent leur vengeance : un casse qui leur permettra de récupérer leur dû. Natif du Queens, Josh Kovaks gère depuis plus de 10 ans un des gratte-ciels les plus luxueux et sécurisés de New York, et rien n’échappe jamais à son œil de lynx. Au sommet de la copropriété, dans l’unité d’habitation la plus somptueuse, réside Arthur Shaw, un magnat de Wall Street qui se retrouve soudain assigné à résidence pour avoir usurpé 2 milliards de dollars à ses actionnaires. Parmi ceux qu’il a mis sur la paille : les employés de la résidence dont il était censé faire fructifier les fonds de retraite. Avec quelques jours seulement pour réparer l’injustice, Josh et ses compères se tournent vers Slide, une fripouille à la petite semaine qui va les aider à réaliser l’impossible : dérober le butin précieusement gardé dans l’appartement hyper sécurisé de Shaw au nez et à la barbe de l’équipe du FBI, sous les ordres de l’intraitable agent Claire Denham, qui surveille tous les faits et gestes du requin de Wall Street. Nos cambrioleurs improvisés, parmi eux Charlie, le concierge hyper nerveux ; M. Fitzhugh, le courtier déchu ; Dev’Reaux, le liftier novice et Odessa, la femme de ménage belliqueuse, jouissent néanmoins d’un atout majeur : ils connaissent le bâtiment de fond en comble. Sans jamais s’en être rendu compte, ils repèrent les lieux du crime depuis des années.