[Critique] Baby-Sitter malgré lui

the sitter 2012

Baby-sitter malgré lui nous raconte l'histoire d'un looser complet, qui se voit obliger de garder trois enfants pour faire plaisir à sa mère.

Après un 21 Jump Street moins mauvais que ce à quoi on s'attendait, c'est avec une certaine appréhension qu'on voulait voir ce que donnerait Jonah Hill dans sa collaboration avec David Gordon Green, première collaboration me semble-t-il avec le réalisateur de "votre majesté", film qui n'offrait qu'un humour peu apprécié. La bande annonce ne laissait rien prévoir d'exceptionnel, et c'est exactement ce que le film nous a fourni. Un film sans histoire, où l'intrigue (bidon) n'est l'occasion que de fournir à la pelle des scènes déjà vues et revues.

Les acteurs qui la composent ne sont pas en reste. Dans son plus mauvais rôle, Jonah Hill n'est pas du tout crédible en tombeur de ces dames et en chanceux sans limite. Loin d'être vraiment drôles, les trois caricatures qui l'accompagnent ne sont pas attachantes ou assez intelligentes pour qu'on ait pas envie de souhaiter leur disparition de l'écran. Ils pourrissent, par leurs intrigues ridicules, le peu de comique de situation que pouvait espérer développer un scénario assez mou. Le tout se regarde cependant, même si le souvenir de tant d'ennuis effacera ce film de nos mémoires.

La conclusion est que ce réalisateur n'arrive donc pas à faire un film potable, après "Votre Majesté", il nous offre encore une comédie dont l'humour ne touchera que peu de monde.

the sitter 2012

Babysitter malgré lui est loin d'une comédie marrante en utilisant les diverses blagues et situations vu et revu. Malheureusement Jonah Hill ne remonte même pas la barre avec son plus mauvais rôle.

Note:

Note-7-10

the sitter

Babysitter malgré lui

Réalisé par David Gordon Green

Avec Jonah Hill, Max Records, Ari Graynor,...

Date de Sortie: 13 Juin 2012

Genre: Comédie

Synopsis: Lorsque le plus mauvais des baby-sitters embarque les trois pires enfants au monde pour une nuit mouvementée et inoubliable à travers les rues de New York, il est impossible de dire qui en sortira indemne…