[Critique] Une Promesse

une promesse 2014 Pour un premier film en anglais, Patrice Leconte, avec Une promesse, tente d'adapter le roman de Stefan Zweig, un triangle amoureux classique dans l'Allemagne de l'avant-guerre. 

C'est plutôt bien réalisé, plutôt bien joué mais ça ne fonctionne pas vraiment. 

Il filme avec trop de platitude, se méfiant sans doute du caractère romantique de son récit et ne voulant pas céder à un quelconque lyrisme. Il ne se lâche que sur la fin, mais sa mise en scène est décidément trop sage et académique. Les images sont belles, jouant souvent sur la profondeur de champ. Les décors et les costumes sont superbes. La musique, classique, colle avec le style du film et l'enrichit.

Richard Madden est un peu pâle et manque réellement de charisme pour adhérer à son personnage à l'inverse de Rebecca Hall qui sait faire passer toutes les nuances de son personnage. Alan Rickman, lui, est remarquable, spectateur ambigu et lucide, qui a tout compris, bien avant les victimes de cette passion.

On est presque à se dire que Richard Madden est sans doute une erreur de casting, en tous cas le couple qu'il est censé former avec Rebecca Hall ne convainc pas. Mais le vrai problème du film vient de sa longueur mais pourtant celui-ci n'est pas très long et pourtant il donne une sensation d'étirement probablement parce que la matière n'est pas suffisante.

Au final on se demande l'intérêt d'adapter en 2014 cette nouvelle de Stefan Sweig qui ne réussira pas à faire fondre le spectateur ou même à l'intéresser.

une promesse 2014

Un drame romantique qui passe à côté à cause de son couple trop moyen et une histoire qui ne convainc guère.

Note :

Note-4-10

 

Une Promesse
Réalisé par Patrice Leconte
Avec Rebecca Hall, Alan Rickman, Richard Madden,...

Date de sortie: 16 avril 2014

Genre: Drame, Romance

Synopsis: Allemagne, 1912. Un jeune diplômé, d’origine modeste, devient le secrétaire particulier d’un homme âgé, patron d’une usine de sidérurgie. L’état de santé du patron se dégrade et lui impose de rester à domicile. Il y accueille le jeune homme pour travailler.
L’épouse du patron est une femme de trente ans, belle et réservée. Le jeune homme s’éprend d’elle, sans oser révéler ses sentiments. Dans le huis-clos de la demeure, couve cette passion amoureuse, sans geste ni parole, tout en regards et en silences.
Brusquement, le patron décide d’envoyer son protégé au Mexique, afin d’y superviser l’exploitation de mines de fer. L’annonce de ce départ provoque chez l’épouse une réaction désespérée. Le jeune homme réalise qu’il est aimé d’elle, lui aussi, en secret. Mais la présence du mari malade interdit à leur amour de s’accomplir ici et maintenant. L’épouse fait une promesse : au retour du jeune homme, dans deux ans, elle sera à lui.