[Critique] La voie de l'ennemi

La voie de l'ennemi 2014 La Voie de l’Ennemi est le nouveau film de Rachid Bouchareb. Ce qui était censé être au départ le remake de l’un des films préférés du réalisateur, à savoir « Deux Hommes dans la Ville », est lentement devenu un film totalement différent, gardant surtout le trio de personnages principaux du film de Giovanni, mais en le situant dans un pays et une époque différents, avec une fin totalement changée par rapport au film original.

Un choix finalement audacieux, puisque le film n’avait pas besoin d’être un remake. Bouchareb nous plonge donc dans les paysages désertiques mais superbes du Nouveau-Mexique, à la frontière mexicaine. Un choix évidemment loin d’être anodin, mais qui, bizarrement, ne sera que peu traité dans le film.

C’est ce qui est le principal défaut de la Voie de l’Ennemi : explorer beaucoup de pistes et de personnages, mais n’avoir au final qu’un résultat artificiel. Bouchareb a confié à l’issue de la projection avoir coupé près d’une heure et demie de rushes. Sans vouloir un film de 3h40, on aurait aimé que le montage se porte davantage sur la psychologie des personnages plutôt que sur des intrigues secondaires pas forcément intéressantes.

Ce côté superficiel a malheureusement un impact sur les personnages. Car si le personnage de Forest Whitaker est très bien cerné, dans sa violence et sa recherche de paix intérieure après 18 années passées en prison, on peine à comprendre les motivations du shérif de la ville, incarné par Harvey Keitel, ici réduit à un homme cherchant à se venger sans qu’on l’explore davantage pourquoi.

De son côté, Brenda Blethyn fait du mieux qu’elle peut pour donner de la consistance à son rôle pourtant superbe mais maltraité par le scénario. Idem pour le méchant du film, joué par un Luis Guzman dans le sur-jeu permament. Ce qui fait qu’au bout de 2h10 d’un film pourtant pas inintéressant, arrive une conclusion très abrupte, frustrante. Rachid Bouchareb expliquait ne pas être satisfait de la fin du film, et a donc décidé de couper les « quatre ou cinq » séquences qui suivaient la dernière séquence du montage final. C’est énorme. Et cette décision fragilise encore plus le film puisque l’on voit clairement que cette fin est là pour tenter de sauver les meubles.

Quel dommage que le scénario ne suive pas puisque le reste du film est de très bonne facture. Le casting est excellent, et Forest Whitaker trouve ici l’un de ses meilleurs rôles depuis longtemps. Quant à la mise en scène de Rachid Bouchareb, elle est sublime et donne un aspect fascinant au film, lui donnant l’allure d’un western alors qu’aucun coup de feu n’est tiré durant le film. On pourra noter quelques problèmes de rythme, mais l’allure contemplative du film fait qu’on n’a pas le temps de s’ennuyer.

La voie de l'ennemi 2014

La Voie de l’Ennemi est le genre de film que l’on aimerait aimer mais qui accumule trop d’imperfections pour que l’ensemble prenne réellement. Reste un beau casting et une mise en scène de haut vol.

Note :

Note-5-10

 

La voie de l'ennemi
Réalisé par Rachod Bouchareb
Avec Forest Whitaker, Harvey Keitel, Brenda Blethyn,...


Date de sortie: 7 mai 2014

Genre: Drame

Synopsis: Garnett, ancien membre d’un gang du Nouveau Mexique vient de passer 18 ans en prison pour meurtre. Avec l’aide d’Emily Smith, agent de probation chargée de sa mise à l’épreuve, il tente de se réinsérer et de reprendre une vie normale. Mais Garnett est vite rattrapé par son passé. Le Sherif Bill Agati veut lui faire payer très cher la mort de son adjoint.