[Critique] Sur la Route

Sur La Route 2012

Sur la Route est l'adaptation d'un livre de Kerouac qui nous raconte les déboires de Dean et de Sal à travers les années 45-50 des Etats-Unis...

Je suis assez mitigée envers ce film... Tout d'abord, je n'ai pas lu le livre, donc je ne peux pas comparer les deux oeuvres et savoir si le film a bien été respecté en fonction du livre. Je trouve ce film assez spécial. Le début est vraiment long à démarrer, je me suis ennuyée pendant les 30/45 premières minutes... Après avoir enfin commencer à cerner avec un peu plus de détail les personnages, le film aurait pu devenir intéressant à travers ce voyage, sur la route des Etats-Unis.

 Donc bon, c'est gentil, cette histoire de jeunes qui s'idéalisent entre eux, qui se désirent, qui se perdent, qui se retrouvent, qui cherchent un sens à leurs vies, qui sont en fait en quête de leurs origines.Mais ici, dans le film, le problème c'est que l'on sait où l'on va, et que malgré toutes les belles phrases mises en œuvre pour nous faire réfléchir, la réflexion est pré-mâchée. Tout nous est balancé, il ne nous reste plus rien à interpréter. Mais cette volonté de mettre en scène la fureur de vivre, cette sorte d'admiration que Walter Salles a pour ses personnages, au lieu de les rendre fascinants, sonne faux. Il y a comme une mise en abyme de l'admiration : Les personnages s'admirent entre eux, ou du moins admirent Dean, et le réalisateur lui-même admire ses personnages. On a l'impression que le film ne prend pas de recul par rapport à ce qu'il raconte, qu'il tombe lui aussi sous le charme de ces jeunes bohèmes quitte à en perdre tout esprit critique. Et on a en plus cette désagréable impression que tout est fait pour que nous aussi, nous nous laissions séduire et porter d'admiration pour ces « fous » qui se laissent porter par leur jeunesse. Cette volonté de nous étourdir de la décadence des personnages se retrouve dans la manière-même dont Salles filme : des caméras à l'épaule, des séquences où la caméra tourne avec les personnages, comme pour nous faire perdre la tête à nous aussi...

Si cet amour et cette admiration que Salles semble porter à ses personnages pourra en toucher certains, elle risque aussi d'énormément lasser, ce fût mon cas. On a rapidement l'impression de participer à une sorte de délire égocentrique et même de l'encourager, de rentrer dans le système auto-contemplatif du film. Tout semble alors devenir prétexte à la folie, à montrer à quel point ces jeunes consument la vie par les deux bouts, à montrer qu'ils ont une soif infinie d'expérience. Que ce soit ces scènes de sexe répétitives et pas toujours réussies qui semblent se gargariser d'elles-mêmes, ou ces passages où les personnages semblent vouloir « faire des folies pour faire des folies ». On a vraiment l'impression que tout est bon pour nous montrer combien ils savent vivre même s'ils ne savent pas où ils vont. Comme si, à trop vouloir montrer des fous, Sur la route ne montrait que des gens qui se prennent pour des fous.

Finissons sur le jeu des acteurs, que je n'ai pas mentionné jusque là car il est tout simplement moyen. Sam Riley, qui était extrêmement prometteur dans Control, livre ici une interprétation honnête mais énervante, celle d'un personnage suiveur qui vit par procuration et se délecte de ce qu'il admire chez les autres. Kristen Stewart ne dégage pas grand chose. Si elle n'a pas sur le front l'étiquette de la nymphette de Twilight, elle ne réussit en tout cas pas à faire vivre et à donner corps à la Marylou qu'essaie de nous vendre Salles. Et Garrett Hedlund, si l'on oublie son impressionnante beauté, ne dégage pas vraiment le pouvoir d'attraction que Dean est censé incarner. Ils sonnent en fait tous comme des coquilles vides. Seule Kirsten Dunst est vraiment bonne en fille rangée qui sent qu'elle ne satisfait pas les envies de liberté d'un mari qui lui échappe. Dommage, on ne la voit que trop rarement dans le film...

Sur La Route 2012

Avec comme source un livre magnifique, Walter Salles ne réussit pas à nous rendre "fou" de son film avec son recul pas assez prononcé et des acteurs vides.

Note:

Note-4-10

Sur La Route

Sur La Route

Réalisé par Walter Salles

Avec Garrett Hedlund, Sam Riley, Kristen Stewart, Amy Adams, Viggo Mortensen,...

Date de Sortie: 23 Mai 2012

Genre: Drame

Synopsis: Au lendemain de la mort de son père, Sal Paradise, apprenti écrivain new-yorkais, rencontre Dean Moriarty, jeune ex-taulard au charme ravageur, marié à la très libre et très séduisante Marylou. Entre Sal et Dean, l’entente est immédiate et fusionnelle. Décidés à ne pas se laisser enfermer dans une vie trop étriquée, les deux amis rompent leurs attaches et prennent la route avec Marylou. Assoiffés de liberté, les trois jeunes gens partent à la rencontre du monde, des autres et d’eux-mêmes.

Articles en rapport avec Drame

[Critique] Jimmy's Hall 21 juillet 2014

[Critique] Boyhood 07 juillet 2014

[Critique] Palo Alto 18 juin 2014

[Critique] Les Voies du destin 12 juin 2014

[Critique] The Homesman 26 mai 2014

- Toute la categorie -