[Critique] Blade 2

blade 2 2002

La suite des aventures du Daywalker, sans Stephen Norrington qui se voit relayé par Guillermo Del Toro. Pour son 4ème film, le mexicain insuffle une nouvelle bouffée d'air à la franchise, on passe à la trappe les restrictions budgétaires et les effets spéciaux peu convaincants, Blade II surpasse son prédécesseur en tout point.

Passé dans les mains de Guillermo Del Toro, ce nouvel opus des aventures de Blade le chasseur de vampires montre beaucoup de points d'évolution par rapport à son grand frère.

Tout d'abord, l'ennemi a changé : une nouvelle race de vampires est apparue, issue d'une expérimentation génétique douteuse dont je ne vous révélerai pas l'origine. Plus puissante, résistante aux balles en argent et à l'ail (non négligeable pour l'haleine), cette race mutante ne se prive pas d'attaquer humains et vampires, qui constituent même leurs principales proies. Après avoir retrouvé Whistler suite à une escapade à Prague, Blade est contacté par deux membres éminents de la race ennemie : Asad et Nyssa Damaskinos (la très jolie Leonor Varela), fille du suzerain des vampires. Ces derniers lui proposent une alliance, afin de se débarrasser de ces nouveaux ennemis qui risquent de contaminer la planète à vitesse grand V. A ces fins, ils mettent à la disposition de Blade « l'équipe de sang », un groupe constitué de mercenaires initialement formé pour le tuer. Tout ce beau monde va se mettre en chasse afin de retrouver ces dangereux vampires mutants et leur chef, Jared Nomak.

A partir de ce scénario, c'est un véritable feu d'artifice que va orchestrer Del Toro, avec sa maestria habituelle. Les personnages loufoques et burnés vont tour à tour essayer de montrer qui en a le plus. Rompu à ce genre de jeux, Blade va bien évidemment sortir triomphant de ces rixes avec des têtes connues d'Hollywood, comme le talentueux Ron Perlman, Matt Schulze (vu dans « Fast and Furious ») et surtout Norman Reedus, l'excellent Daryl Dixon dans « The Walking Dead ».

Les scènes d'action s’enchaînent sans temps morts, et sont réellement impressionnantes : combats de sabre chorégraphiques, fusillades dantesques, explosions énormes, et morts violentes. Certains rebondissements inattendus vont pimenter une histoire alourdie par une « love story » assez inutile. La confrontation Perlman/Snipes va quant à elle déboucher sur bon nombre de répliques hilarantes. Mention spéciale pour le finish, qui clôt en beauté ce film d'1h56 qui passent comme une lettre à la poste. Filmé avec talent, et avec un second degré omniprésent qui donne à l'ensemble un grand capital sympathie, Blade 2 s'en tire avec les honneurs, et réussi là où tant d'autres ont échoué : faire du neuf avec de l'ancien, et surpasser l'original.

blade 2 2002

Blade 2 est l'opus le plus spectaculaire de la trilogie. 4 ans après le premier, le chasseur de vampires reprend du service, avec des ennemis terrifiants, assez originaux. Guillermo del Toro a su géré cet opus, avec beaucoup d'action, de sang, de rebondissements. Les effets spéciaux sont dans l'enemble réussis.

Note :

Note-7-10

Blade 2
Réalisé par Guillermo Del Toro
Avec Wesley Snipes, Ron Perlman, Kris Kristofferson, Léonore Varela,...

Date de Sortie: 19 Juin 2002
Genre: Fantastique, Action

Synopsis: Blade, un être mi-homme mi-vampire, s'est juré d'exterminer jusqu'au dernier ces créatures assoiffées de sang qui ont tué sa mère et l'ont contaminé. Epaulé par Whistler, son mentor, il est bientôt rejoint par Scud, un informaticien fidèle à sa cause depuis que Blade l'a sauvé des crocs des vampires. Face à eux, un groupe de vampires d'élite connu sous le nom de Bloodpack. Dirigée par la jeune Nyssa, une experte en arts martiaux, cette équipe s'entraîne dans un seul but : tuer Blade.
Mais les priorités changent. Une nouvelle menace vient de faire son apparition sous les traits de Jared Nomak. Ce dernier est l'hôte d'un virus hautement contagieux et mortel pour l'homme et les vampires. Les deux races vont devoir unir leurs forces pour éliminer Jarek et les Reapers, une nouvelle espèce de créatures qu'il a engendrée.