[Critique] Ouija

Ouija 2015S'il y a bien un accessoire qui est bien connu des films d'horreur, c'est bien la planche de Ouija. Utilisée pour appeler les esprits, elle est toujours écartée rapidement de l'histoire et ne sert que de moyen pour contacter les morts. En centrant son histoire sur cet objet, le film a cherché à proposé un film sur les esprits qui se veut plus crédible que d'autres. Une réussite au final?

Il y a deux types de films d'horreur. Ceux qui arrivent à installer une ambiance pesante, propre à vraiment apeurer le spectateurs, et ceux qui mettent régulièrement des Jump-scare pour justifier l'aspect film d'horreur. Ouija fait malheureusement partie de cette dernière catégorie.

Le principal souci du film, c'est qu'il est ultra-prévisible. Tellement que l'on arrive à deviner la seconde exacte du jump-scare (un décompte mental est largement possible) et le type de jump-scare (main qui apparaît, protagoniste qui surprend le héros...). Du coup, le film n'arrive jamais à réellement nous faire frissonner tant le tout est prévisible. Car plutôt que d'offrir quelque chose d'assez inédit, suscitant alors méfiance et imprévisibilité, deux éléments qui favorisent la peur, le film s'enlise dans ce qui est convenu.

Le reste du film est typique des films d'horreur adolescent, à savoir une histoire mettant en place des personnage assez fades dont les interprétations sont plus que décevantes, ainsi qu'une histoire tirée par les cheveux mettant en place une enquête sans grand intérêt et plus que prévisible. C'est d'autant plus dommage que le second tiers du film semblait indiquer que le film ne se construirait pas comme ces autres films en offrant directement un climax d'une heure, pouvant ainsi créer une atmosphère dérangeante sur le long-terme.

Ultra-classique, Ouija est l'exemple type du film d'horreur adolescent : prévisible et sans intérêt.

Note :

Note-3-10

 

Ouija
Réalisé par Stiles White
Avec Olivia Cooke, Ana Coto, Daren Kagasoff...


Date de Sortie : 29 avril
Genre: Horreur

Synopsis: Après avoir perdu Debbie, son amie d'enfance, dans des circonstances atroces, Laine tombe sur une vieille planchette Ouija dans la chambre de Debbie et tente alors d'y jouer pour dire "Au revoir" à la disparue… Pour l'heure, seul Pete, petit copain de Debbie, accepte de l'aider. Convaincue qu'il ne peut s'agir d'un suicide, Laine mène l'enquête et découvre que l'esprit convoqué par la planchette se fait appeler "DZ" et tient à poursuivre la partie coûte que coûte…Tandis que des événements de plus en plus étranges se multiplient, Laine sollicite l'aide de sa sœur cadette Sarah, de son amie Isabelle et de son petit copain Trevor.Peu à peu, les cinq adolescents se plongent dans l'histoire de la maison de Debbie et comprennent que leur amie n'était ni la première victime, ni la dernière. Et s'ils ne parviennent pas à refermer le portail qu'ils ont dangereusement ouvert, ils connaîtront le même sort que celle qui les a initiés au jeu de Ouija…