[Critique] Et (beaucoup) plus si affinités

et beaucoup plus si affinites 2014Petite comédie romantique se déroulant à Toronto, « Et (beaucoup) plus si affinités » (ou « What If » dans son titre original et plus beaucoup plus court) raconte l’histoire de Wallace, un jeune employé cynique et désabusé par l’amour après une rupture. Lors d’une soirée, il rencontre la douce Chantel avec laquelle le contact passe immédiatement. Le début d’une nouvelle histoire pour Wallace ?

Oui mais non, car la demoiselle a déjà un petit ami. Voilà donc notre héros confronté au difficile monde de la friendzone, dans lequel il sait qu’il ne pourra être qu’un ami pour la fille qu’il aime.

On a tous été confrontés un jour ou l’autre à la friendzone, en aimant secrètement quelqu’un qu’on ne pouvait pas avoir. « What If » passe la vitesse supérieure en y consacrant carrément un film adapté d’une pièce de théâtre. Un début de film par ailleurs étrange tant les dialogues (plutôt crus) ne semblent pas naturels et sont même guindés, un comble pour un film mettant en scène des jeunes adultes d’environ 25 ans. Il faut attendre l’arrivée des premiers gags physiques (impliquant un piment et une défenestration très drôle) pour qu’enfin le film se libère du poids de l’adaptation et que tout soit plus naturel et spontané.

« What If » adopte un ton rafraîchissant pour parler d’une situation universelle. Il s’aide pour cela d’une galerie de personnages attachants, de son couple principal au duo d’amis traditionnel qui incarne l’exact opposé de nos héros qui n’est pas sans rappeler le couple Chris Pratt/Alison Brie dans « 5 ans de réflexion ». Ajoutez-y de la famille et vous obtiendrez le cadre traditionnel de toute comédie romantique normale. Mais en soi ce n’est pas un défaut car les personnages sont écrits avec finesse ; ils ne sont pas cantonnés à n’être qu’un cliché et sont aussi développés que le couple Wallace/Chantel.

On pourra reprocher à l’histoire de passer par toutes les étapes incontournables des films de ce genre, et c’est là que le bât blesse car avec un tel angle, on pouvait s’attendre à un traitement différent de l’histoire d’amour. Surtout que sa durée (1h45) se fait parfois ressentir et que l’on a l’impression de tourner en rond à certains moments. Heureusement, grâce à sa mise en scène pêchue qui n’hésite pas à oser quelques moments oniriques sortis de l’imagination de Chantel, on reste malgré tout dans le film, aussi avec l’aide d’une BO indé très plaisante.

En dépit de quelques longueurs et clichés, « Et (beaucoup) plus si affinités » est une chouette comédie romantique portée par un casting excellent qui prouve une fois de plus que Daniel Radcliffe négocie très bien l’après-Harry Potter. Un film dans lequel on se reconnaît tous un peu. 

et beaucoup plus si affinites 2014

Une comédie drôle et pétillante portée par un excellent casting.

Note:

Note-7-10

et beaucoup plus si affinites 2014

Et (beaucoup) plus si affinités

Réalisé par Michael Dowse

Avec Daniel Radcliffe, Zoe Kazan, Megan Park, Adam Driver, Rafe Spall,...

Date de Sortie : 29 Octobre 2014

Genre: Comédie, Romance

Synopsis: En se rendant à une soirée organisée par son meilleur ami, Wallace ne se doute pas qu’une rencontre va bouleverser sa vie. Son attirance pour Chantry a tout du coup de foudre. Une complicité immédiate s’installe avec cette jeune femme pétillante et à l’humour ravageur. Toutefois, il subsiste un petit obstacle aux prémices de cette belle histoire : Chantry est déjà en couple avec un dénommé Ben ! Elle propose donc à Wallace de sceller un tout autre pacte : devenir amis, et rien de plus. Au fil du temps, leur complicité ne fait que grandir et Wallace se retrouve vite confronté à un vrai dilemme : doit-il s’en tenir à sa promesse ? Faire en sorte que Chantry quitte Ben ? Faire semblant de se satisfaire de cette situation bancale ou bien tenter de la conquérir, au risque de la perdre ? Leur relation amicale va être mise à rude épreuve : mais un homme et une femme peuvent-ils réellement être amis ?