[Critique] Le Prestige

le Prestige 2006Est-il vraiment utile, en juillet 2013, de présenter Christopher Nolan ? Le britannique notamment réputé comme auteur de la saga The Dark Knight (2005-2012) a d’abord fait ses preuves dans des sphères plus indépendantes, où il séduisait déjà avec son cinéma obsessif et atypique. On pense ainsi à Memento, tour de force narratif à la noirceur déjà caractéristique du créateur d’Inception. Mais c’est un autre des bijoux trop bien caché du cinéaste qui nous intéresse aujourd’hui, il s’agit du Prestige.

Dans cette adaptation du roman homonyme de Christopher Priest, Hugh Jackman et Christian Bale incarnent respectivement Robert Angier et Alfred Borden, deux magiciens de talent à la fin du XIXème siècle. Compétitifs de prime abord, un évènement va bouleverser leur relation et la muter en rivalité franche, puis en haine maladive.

Nolan orchestre la joute qui en naît avec une précision froide, calculée, impassible. « Le Prestige » est le nom qui désigne le troisième acte d’un tour de magie. C’est la révélation ultime, le twist qui donne au tour toute sa puissance. Et c’est là la véritable force du Prestige, semer des indices qui, une fois le « tour de magie » du film sublimé par un final qui laisse bouche bée, deviennent autant de pépites à découvrir en regardant le film de nouvelles fois.

Bénéficiant d’un rythme soutenu par une narration à étages, Le Prestige est une œuvre complexe. Un kaléidoscope qui fourmille d’idées, toutes imprégnées d’une culture visuelle steampunk conférant à l’ambiance générale une tonalité presque occulte… jusqu’à accompagner les virées du film aux frontières du fantastique. La BO envoûtante de David Julyan n’y est d’ailleurs pas étrangère.

Mais le film est aussi et surtout porté par un casting de choix, Bale et Jackman comme impeccables pièces maitresses, mais jamais laissés pour seules figures fortes. A leurs côtés, le grand Michael Caine et les hypnotisantes Scarlett Johansson & Rebecca Hall embrassent des rôles clés. Et puis, en guest de premier ordre, un David Bowie fascinant en Nikola Tesla, véritable incarnation du charisme à l’écran, épaulé par le parfait Andy Serkis.

le Prestige 2006

Le Prestige est indispensable. Il a reçu une maitrise rare de son réalisateur et scénariste à tous les niveaux. Pas un seul acteur n’y est à contre-emploi, et quand l’alchimie délicate d’une histoire aussi riche aurai pu devenir un labyrinthe hermétique, le film sait garder la force de son final comme dernière carte jusqu’à ne donner qu’une seule envie : celle de le revoir. Encore. Et encore.

Note :

Note-10-10

Le Prestige
Réalisé par Christopher Nolan
Avec Hugh Jackman, Christian Bale, Scarlett Johansson, Michael Caine,...

Date de Sortie: 15 Novembre 2006
Genre: Thriller, Fantastique, Drame

Synopsis: Londres, au début du siècle dernier...
Robert Angier et Alfred Borden sont deux magiciens surdoués, promis dès leur plus jeune âge à un glorieux avenir. Une compétition amicale les oppose d'abord l'un à l'autre, mais l'émulation tourne vite à la jalousie, puis à la haine. Devenus de farouches ennemis, les deux rivaux vont s'efforcer de se détruire l'un l'autre en usant des plus noirs secrets de leur art. Cette obsession aura pour leur entourage des conséquences dramatiques...

Articles en rapport avec Thriller

[Critique] Victoria 30 juin 2015

[Critique] Enfant 44 17 avril 2015

[Critique] Dark Places 09 avril 2015

[Critique] Good Kill 06 avril 2015

[Critique] Diversion 24 mars 2015

- Toute la categorie -