[Critique] Cold in July

cold in july 2014 Petit polar se situant dans les 80’s, Cold In July raconte comment la vie paisible d’un père de famille est bouleversée lorsque ce dernier abat un cambrioleur. Il va devoir affronter la fureur de son père et plonge alors dans une spirale de violence riche en surprises…

Petite sensation au dernier Festival de Cannes, « Cold In July » est l’adaptation par Jim Mickle de l’un de ses romans préférés. Situé dans un patelin des Etats-Unis dans les années 80, le film a tous les codes d’un polar avec son ambiance lugubre, ses malfrats en tout genre, et une police à laquelle il ne faut pas toujours faire confiance.

Après une introduction tendue et plongeant directement le spectateur dans le basculement de la vie sans histoire de son héros, « Cold In July » se mue, croit-on, en affrontement entre le père de l’assaillant et notre héros, heureux papa d’une petite tête blonde. Mais rapidement le film vire en une quête sanglante qui ne laissera aucun des protagonistes indemnes. Le film mise clairement sur les clichés propres à ce genre d’histoires pour au final livrer des rebondissements inattendus, le tout dans une lumière bleutée qui n’est pas sans rappeler « Drive ».

La mise en scène est clairement l’un des atouts de « Cold In July » puisqu’elle apporte davantage à l’histoire que le scénario lui-même, très paresseux. Le rythme du long-métrage est irrégulier, alternant entre des périodes où l’histoire avance très vite et d’autres où l’on trépigne du pied en attendant qu’il se passe quelque chose d’intéressant. C’est dommage car la tension du film, si excellemment maîtrisée durant le dernier acte, donne une idée de ce qu’aurait pu donner le résultat final si le montage n’était pas aussi lent.

On se tourne alors vers le casting, qui délivre des performances efficaces mais sans réelle surprise. Michael C. Hall fait du Michael C. Hall, Sam Shepard fait du Sam Shepard, et Don Johnson s’éclate à faire du Don Johnson. A défaut d’être inattendu, ça reste savoureux et le personnage de Don Johnson apporte une légèreté et un humour noir permettant de faire retomber la pression lors des moments les plus douloureux.

Dommage donc que le rythme de Cold In July soit si paresseux, car dans l’exécution, Jim Mickle livre une adaptation soignée du roman éponyme, au casting sympathique et à la mise en scène léchée.

cold in july 2014

Un polar à la mise en scène soignée mais qui manque de rythme.

Note:

Note-6-10

cold in july 2014

Cold in July

Réalisé par Jim Mickle

Avec Michael C. Hall, Sam Shepard, Don Johnson, Vinessa Shaw,...

Date de Sortie : 31 décembre 2014

Genre: Thriller, Drame

Synopsis: 1989. Texas. Par une douce nuit, Richard Dane abat un homme qui vient de pénétrer dans sa maison. Alors qu’il est considéré comme un héros par les habitants de sa petite ville, il est malgré lui entraîné dans un monde de corruption et de violence.

Articles en rapport avec Thriller

[Critique] Victoria 30 juin 2015

[Critique] Enfant 44 17 avril 2015

[Critique] Dark Places 09 avril 2015

[Critique] Good Kill 06 avril 2015

[Critique] Diversion 24 mars 2015

- Toute la categorie -