[Critique] Quantum of Solace

quantum of solace 2008

 Daniel Bond Craig deuxième ! Clap clap ! Après la réussite de Casino Royale qui redonna un costume entièrement neuf à la saga Bond, voici Quantum Of Solace. Bond va devoir faire face à une organisation qui se prénomme Quantum, tout est là pour montrer la puissance de cette axe de pouvoir. Il y à des scènes tout simplement magnifique comme celle ou Bond se rend à l'Opéra et bien d'autres. Quantum Of Solace fait parti des films d'espionnages actuel des plus énergique, nerveux avec la saga Bourne.

 Avec "Quantum of Solace", le James Bond séducteur, souriant, invincible et sans rancune est définitivement mort et enterré. Plus mature, plus maîtrisé, cet épisode a globalement déçu les fans sans doute par son aspect indéniablement plus réaliste, et moins fantaisiste. James Bond, c'est un mythe, avec des gadgets, de l'humour, de l'extravagance permanente. Presque rien de tout cela dans "Quantum of Solace". Et franchement, tant mieux. Pourquoi se plaindre alors qu'une possibilité d'un renouveau de la saga est disponible ? C'est un épisode donc atypique, et il n'y est que plus réussi.

Outre la mission habituelle attribuée à Bond, c'est surtout une histoire de vengeance. Meurtri, accablé de douleur, accablé par son passé, James Bond, toujours interprété par l'excellent Daniel Craig, a littéralement un nouveau visage. Notons qu'il ne couche pas avec Camille (incarné par Olga Kurylenko bonne dans son rôle d'agent bolivienne)... et qu'il n'hésite plus à tuer de sang froid (pauvre Mathieu Almaric)... Une renaissance fascinante pour une création originale, signée à nouveau par Paul Haggis, absente de l'imagination du romancier Flemming. Si le scénario est sans fioriture, la réalisation de Campbell était légèrement plus belle que celle de Marc Foster. Si la mise en scène est assez nerveuse, le film souffre d'un aspect un tout petit peu trop artificiel, plus moderne et d'une caméra qui bouge trop. Mais ça reste très beau, plastiquement et incroyablement efficace. Sous ses airs de film à conscience écologique, ce "Quantum of Solace" (beau titre au passage), avec sa belle bande originale, est un James Bond modernisé, porté plus sur l'action sans toutefois dénigrer le drame qui faisait la force du précèdent. Une évolution de James Bond fascinante. A suivre de très près en espérant que les imbéciles qui boycottent Daniel Craig ne seront pas entendus. Mais c'est irrémédiable, l'homme a peur du changement.

 C'est à mon avis ce qui a du décevoir les fans, le fait que James Bond dans ce film pourrait être remplacé par n'importe qui qu'on y verrait que du feu. Ensuite, il n'y a qu'à mettre 007 au titre pour en faire un nouvel épisode. Un procédé certes un peu frustrant mais tant qu'à faire, et puisque comme c'est fait, c'est fait, autant voir le film comme il a été vendu, comme un James Bond. 

casino royale 2008

 Après la claque Casino Royale qui a réinventé le début de carrière de James Bond, Quantum of Solace est une suite directe avec comme axe principale ou presque la vengeance, nerveux et avec un casting très intéressant comme Olga Kurylenko ou Mathieu Almaric, nous avons un nouveau James Bond ressemblant plus à Jason Bourne et dans un sens tant mieux.

Note :

Note-7-10

Quantum of Solace

Réalisé par Marc Foster
Avec Daniel Craig, Olga Kurylenko, Mathieu Almaric, Judi Dench, ...

Date de Sortie: 31 Octobre 2008
Genre: Espionnage, Thriller, Action

Synopsis: Même s'il lutte pour ne pas faire de sa dernière mission une affaire personnelle, James Bond est décidé à traquer ceux qui ont forcé Vesper à le trahir. En interrogeant Mr White, 007 et M apprennent que l'organisation à laquelle il appartient est bien plus complexe et dangereuse que tout ce qu'ils avaient imaginé... Bond croise alors la route de la belle et pugnace Camille, qui cherche à se venger elle aussi. Elle le conduit sur la piste de Dominic Greene, un homme d'affaires impitoyable et un des piliers de la mystérieuse organisation. Au cours d'une mission qui l'entraîne en Autriche, en Italie et en Amérique du Sud, Bond découvre que Greene manoeuvre pour prendre le contrôle de l'une des ressources naturelles les plus importantes au monde en utilisant la puissance de l'organisation et en manipulant la CIA et le gouvernement britannique... Pris dans un labyrinthe de traîtrises et de meurtres, alors qu'il s'approche du vrai responsable de la trahison de Vesper, 007 doit absolument garder de l'avance sur la CIA, les terroristes et même sur M, afin de déjouer le sinistre plan de Greene et stopper l'organisation...