Robin Williams, tu vas me manquer...

Aujourd’hui aurait pu être un jour basique avec le traditionnel « Métro, Boulot, Dodo » mais ce ne sera malheureusement pas le cas. On a déclaré cette nuit le décès d’un de mes guides spirituels : Robin Williams.

Mes premiers films ont été les Disney, ceux de Steven Spielberg, de Tim Burton, de David Fincher et mais aussi ceux avec Robin Williams, les années 90 furent un beau succès pour l’acteur avec Hook, Jumanji, Mrs Doubtfire, Flubber ou Will Hunting dont il eut l’Oscar du meilleur second rôle.

Mais celui qui revient inlassablement est Aladdin, l’un de mes Disney préférés dont Robin Williams prête sa voix au Génie, le personnage le plus hilarant de l’univers des Disney. On a encore ses chansons (certes en français) dans notre mémoire tellement elles furent des références pour notre jeune âge.

Si Good Morning, Vietman est le succès qui l’a placé à Hollywood, pour beaucoup dont moi-même, c’est le rôle du Professeur Keating dans Le Cercle des Poètes Disparus qui fut son plus beau, son plus inspirant. On n'oubliera jamais la scène où ses élèves ne supportent pas son renvoi ou encore celle où il leur fait arracher les pages des introductions de leur manuel de poèmes.

Même si par la suite, dans les années 2000, il se tournera plus dans le drame avec Insomnia ou Photo Obsession où on voit encore plus son talent d’acteur. Il reviendra dans la comédie mais plus dans les seconds rôles avec notamment Happy Feet ou La Nuit au Musée. Il aura fini avec la série Crazy Ones (malheureusement annulée après une saison) en duo avec Sarah Michelle Gellar où il nous faisait régulièrement rire.

Merci Robin Williams pour m’avoir apporté de la joie, du rire et de belles réflexions dans ma solitude. Tu es l'un de ces acteurs qui me fait tellement aimer le cinéma. Tu es une inspiration infinie, un exemple, mon idole.

Tu vas me manquer…