20e Etrange Festival : Première récap

Depuis le 4 septembre dernier a lieu au Forum des Images la vingtième édition de l’Etrange Festival, consacré au cinéma de genre mais pas seulement. Voici un petit bilan de la première partie du festival, entre OVNIS et documentaire consacré à la Cannon.

ASPHALT WATCHES de SHAYNE EHMAN et SETH SCRIVER - 2013 - Canada - Animation - INEDITS ET AVANT-PREMIERES

Tiré des mésaventures d’un duo d’amis canadiens qui est parti en road-trip il y a maintenant douze ans, Asphalt Watches est le récit de leurs rencontres plus ou moins improbables. Dessins faits en animation flash et bien aidés par Paint, ces aventures, si elles se révèlent amusantes pendant dix minutes, deviennent rapidement lassantes car répétitives et mal rythmées. Restent quelques moments musicaux excellents (ah, la chanson rendant hommage à la pizza) et un travail de huit ans qui rend le résultat final touchant à défaut d’être convaincant. Retour de Flamme : chaque année, en partenariat avec Lobster est organisée la séance Retour de Flamme qui permet de découvrir des pépites inédites du cinéma. Pour les 20 ans de l’Etrange Festival, la salle a eu droit à une projection de divers courts-métrages, témoignage d’une époque dont on retrouve de moins en moins d’œuvres. Du deuxième dessin animé fait dans l’histoire aux exploits d’une mouche acrobate, Retour de Flamme nous aura fait revenir dans le temps pendant 1h30 grâce à la passion contagieuse de Serge Bromberg, qui accompagnait d’ailleurs chaque film au piano.

ELECTRIC BOOGALOO de MARK HARTLEY - 2014 - Australie, États-Unis - Documentaire - DOCUMENTAIRES INEDITS

2014 aura été une année particulière pour la Cannon puisqu’outre le décès de Menayem Golan, co-fondateur de ce studio culte des années 80, deux documentaires consacrés à la firme sont présentés à l’Etrange Festival. Avant de découvrir The Go-Go Boys vendredi, voici ce qui est probablement la meilleure chose que Brett Ratner ait produit de sa carrière. Car Electric Boogaloo est un documentaire drôle et tendre sur la Cannon, cette usine à nanars qui se sera vite brûlée les ailes à force de vouloir produire trop de (mauvais) films. Raconté par des intervenants ayant vécu cette époque exceptionnelle, entrecoupé d’extraits de films donnant une idée du niveau de bêtise de ces séries Z, ce documentaire, qui porte le nom de la suite d’un des rares succès du studio, donnerait presque envie de découvrir les pépites nanardesques de la Cannon autour d’une bière et d’une pizza avec des potes.

FAULTS de RILEY STEARNS - 2014 - États-Unis - Action - COMPETITION INTERTIONALE

Mary-Elisabeth Winstead dans un film réalisé par son mari, forcément, ça avait de quoi intriguer. C’est donc avec curiosité que l’on est allé découvrir ce thriller traitant d’une jeune fille sous la coupe d’une secte. Malheureusement, ce quasi huit-clos, s’il commence bien, s’enlise rapidement dans un duel psychologique entre l’homme chargé de la sauver et la jeune fille dont certaines aptitudes pourraient être surnaturelles. Photographie blafarde, mise en scène figée et bande-originale à côté de la plaque, Faults aurait pu être un ratage total si son casting ne sauvait pas les meubles, Winstead en tête.

20e édition de l'Etrange Festival

4 au 14 septembre 2014 au Forum des Images

Plus d'infos sur l'Etrange Festival via ce lien : http://www.etrangefestival.com/2014/fr/