Comics à la télé : le tremplin ou le trop-plein ?

edito tv comicsCe n’est une surprise pour personne, les adaptations de comics ont le vent en poupe ces derniers temps. Si Marvel Studios domine pour l’instant le débat au cinéma avec son Marvel Cinematic Universe déjà bien entamé, DC Comics possède l’avantage de la télévision avec ses nombreuses séries : Arrow, The Flash, Constantine, Gotham, et la petite nouvelle iZombie. Mais derrière cette accumulation de séries, un constat pas si optimiste que cela commence à émerger : celui d’une inondation de séries sur le marché actuel. 

Car si l’on compte la dizaine de séries en cours de diffusion, sans compter la vague Netflix à venir, très peu, au final, ont un réel succès d'audience. Constantine a un avenir compromis, Gotham se maintient sans éclat, et ne parlons pas d’Agents of SHIELD ou d'Agent Carter qui ne sont pas particulièrement suivis. Les deux exceptions sont Arrow et The Flash qui cartonnent sur la CW.

Malgré ce constat peu rassurant, les chaînes continuent pourtant à creuser le sillon : Supergirl devrait arriver à la rentrée sur CBS, Krypton est en développement sur Syfy, et le spin-off mêlant des personnages de Arrow et The Flash avance à grands pas. Sans compter les séries Netflix de Marvel, à commencer par Daredevil qui arrive dans une dizaine de jours, et AKA Jessica Jones, actuellement en tournage.

La raison d'une telle multiplication des séries s'explique assez facilement, puisqu'elle repose sur la même logique que les adaptations de films. Le support offre une fanbase importante et un univers étendu, permettant au scénaristes de ne jamais réellement tomber en panne d'inspiration. Car si Smallville offre des saisons à la qualité parfois discutable, elle a su se maintenir pendant 10 saisons, assurant la capacité de fédérer un public pendant de nombreuses années. Rares sont les séries qui arrivent à atteindre autant d'épisodes. Les fans de comics arrivent aussi, aujourd'hui, à rassembler des néophytes de cet univers. Les succès des différents films super-héroïques (tout studios confondus) témoigne de la capacité à attirer au delà de la simple base de fans. Et c'est cette recette qui tente d'être appliquée à tout prix par les studios, qui multiplient les projets parfois insensés.

Car si on est heureux de voir des personnages que l’on aime lire prendre vie, et à ce titre, Daredevil s’annonce particulièrement prometteur, on peut se demander quel est l'intérêt d'une série sur la planète Krypton alors que Man of Steel, Supergirl et Smallville existent déjà ? Un spin-off mêlant des personnages pas forcément intéressants et déjà vus dans deux séries a-t-il une pertinence ? On peut se poser la question, d’autant plus que la qualité des séries déjà existantes est mitigée. Face à Gotham et Constantine, The Flash et Arrow sont certes très bonnes, mais on reste malgré tout dans un format très CW, destiné avant tout aux jeunes adultes. En face, si Agents of SHIELD livre une très bonne deuxième saison, ses scores montrent que la série a pris trop de retard pour révéler son potentiel, d’où un désamour du public. Et ne parlons pas d’Agent Carter, dont le potentiel n’a jamais réussi à décoller.

On pourrait également mentionner l’arrivée d’un spin-off de The Walking Dead, intitulé… Fear the Walking Dead, ou encore l’adaptation de Preacher par Seth Rogen, le tout sur AMC. Cette « épidémie » d’adaptations ne touche pas que les networks, le câble s’y met également. A la clé, peut-être un plus grand respect des matériaux de base, mais le même risque que pour les chaînes grand public, celui d’une lassitude du genre. Seul l’avenir nous le dira, mais en attendant, ce que chaque spectateur et lecteur de comics souhaite, ce sont de bonnes séries, et sur ce point-là, il y a encore de gros progrès à faire.

edito tv comics