Surprise et pas de surprises pour les Césars 2012

Cesar-2012Alors que The Artist rafle tout à l'étranger, on attendait avec impatience si nous français allions faire la même chose ou pas et ainsi élire le film comme Meilleur Film de l'année. Ce fut le cas The Artist a raflé encore les récompenses majeures comme le César du Meilleur Réalisateur pour Michel Hazanavicius, le César de la Meilleure Actrice à Bérénice Béjo et le César du Meilleur Film.

Par contre la surprise fut pour Jean Dujardin qui n'eut pas le César du Meilleur Acteur qui fut décerné à Omar Sy pour sa magnifique prestation dans Intouchables.

Polisse et La Guerre est déclarée sont eux les grands perdants de cette 37e édition des Césars.

Fin du suspense. Michel Hazanavicius décroche le César du meilleur réalisateur et The Artist celui du meilleur film. Pour qu’il n’y ait pas de jaloux et que chacun dispose d’un trophée sur sa table de nuit, sa tendre et chère Bérénice Béjo remporte le César de la meilleure actrice. Une Bérénice Béjo émue, au point de dire à son partenaire Dujardin : « Merci Jean de m’avoir donné la réplique » - eh Bérénice, c’est un film muet. Un film muet en noir et blanc joliment éclairé, donc Guillaume Schiffman a logiquement reçu le César de la meilleure photo. Et joliment mis en musique, donc Ludovic Bource a logiquement reçu le César de la meilleure musique originale. Et joliment décoré, donc Laurence Bennett a reçu le César des meilleurs décors. Si l'on a bien compté, ça fait six.  
Il n’y avait qu’Omar Sy, troisième personnalité préférée des Français et vedette d’Intouchables, comédie sur le point de franchir la barre des 20 millions d’entrées, pour chourer le César du meilleur acteur au nez de Dujardin. Omar Sy a fait genre il s’en fout mais il était comme un ouf. A la place d’un numéro de claquettes, on a eu droit à une chorégraphie groovy.

Le grand perdant de la soirée est Polisse. Sur 13 nominations, le film de Maïwenn, moins heureuse qu’au dernier festival de Cannes (Prix du Jury), ne repart qu’avec deux récompenses : meilleur espoir féminin (Naidra Ayadi) et meilleur montage (Laure Gardette et Yann Dedet). D’où ce tweet drôle et méchant de @fabricepierrot : « Maïwenn a maintenant une bonne raison de chialer. »
Plus prévisible, l’absence au palmarès du formidable La Guerre est déclarée, le film de Valérie Donzelli, pourtant nommé dans cinq catégories. Même sanction pour L’Apollonide, souvenirs de la maison close, le très beau film de Bertrand Bonnello, lui aussi très présents dans les nominations (7) – Anaïs Romand obtient quand même le César des meilleurs costumes et confirme qu’un film en costumes, même mettant en scène des filles vêtues de peu, a les faveurs de l’Académie. Deux films d’auteur qui ont su « trouver leur public », selon la formule consacrée, mais pas les bonnes grâces des votants.

Le palmarès

Meilleur Film: The Artist de Michel Hazanavicius

Meilleur réalisateur : Michel Hazanavicius (The Artist)

Meilleure Actrice : Bérénice Bejo (The Artist)

Meilleur Acteur: Omar Sy (Intouchables)

Meilleure Actrice dans un second rôle : Carmen Maura (Les femmes du sixième étage)

Meilleur Acteur dans une second rôle : Michel Blanc (L'Exercice de l'Etat de Pierre Schoeller)

Meilleur Scénario Original : L'Exercice de l'Etat de Pierre Schoeller

Meilleur Premier Film : Le Cochon de Gaza de Sylvain Estibal

Meilleur Film d'Animation : Le Chat du rabbin de Joann Sfar et Antoine Delesvaux

Meilleure Adaptation : Carnage de Roman Polanski

Meilleur Film Documentaire : Tous au Larzac de Christian Rouaud

Meilleur Film Etranger : Une séparation d'Asghar Farhadi

Meilleur Espoir Féminin: Clotilde Hesme dans Angèle et Tony et Naidra Ayadi dans Polisse

Meilleur Espoir Masculin: Grégory Gadebois dans Angèle et Tony

Meilleur Montage : Polisse de Maïwen

Meilleur Photographie : The Artist de Michel Hazanavicius

Meilleur Son :L'Exercice de l'Etat de Pierre Schoeller

Meilleure Musique de Film: The Artist de Michel Hazanavicius

Meilleurs costumes: L'Apollonide, souvenirs de la maison close de Bertrand Bonello

Meilleurs décors he Artist de Michel Hazanavicius

Meilleur court-métrage : L'Accordeur d'Olivier Treinery