Looper : Interview de Rian Johnson

Rian-Johnson-LooperBlockBuster Mania a eu la chance de pouvoir via un rédacteur de pouvoir participer à une table ronde avec Rian Johnson le réalisateur de Looper. 

Nous vous proposons l'enregistrement de cette interview ainsi que une transposition écrite. Par contre, nous vous le disons de suite, il y a quelques spoilers, c'est pourquoi nous vous conseillons de voir le film d'abord. Puis n'hésitez pas à faire tour aussi sur la critique aussi ici.

Nous en profitons pour remercier SND pour l'invitation.

 

Q - Comment vous est venu l'idée du "Voyage dans le Temps" ?

R - Spécifiquement pour l'idée du "Voyage dans le Temps", j'ai été influencé par Terminator, car dans le film, le Voyage Temporel, comme dans Looper sert à lancer une situation de confrontation. Terminator s'en sert d'ailleurs à merveille, c'est le vrai point de départ de la narration.

 

Q - Commment vous est venu l'idée principale ?

R - C'est marrant, j'ai commencé à écrire cette histoire il y a 10 ans, avec comme idée principale d'un homme plus agé qui affronte un homme plus jeune dans une confrontation, à se chasser. 

 

Q - Vous avez crée un trailer d'animation, quand vous est venu l'idée ?

R - Ce trailer était plus pour montrer aux producteurs que malgré l'idée de voyage temporel, on pouvait la vendre au public du façon plutôt simple. 

 

Q- Vous avez réalisé des épisodes d'une série TV notamment Breaking Bad, seriez-vous intéressé de créer votre série TV ?

R - Je prefère largement rester réalisateur car c'est une vraie chance, mais je suis très content d'avoir pu réaliser un épisode de Breaking Bad. Maintenant tout dépendra de comment se déroulera ma carrière dans le cinéma.

 

Q - Comment avez-vous impliquer Bruce Willis dans le film ?

R - Dès le départ, j'avais peu d'espoir qu'il accepte ce projet, puis en fin de compte il a accepté de suite, je fus vraiment heureux, il a d'ailleurs rien dit sur le script, il a vraiment adhéré à ce personnage très sombre. Ce fut une excellente collaboration.

 

Q - Dans quel sens fut écrit le script ?

R - L'idée de base était déjà présente dans le court-métrage, avec l'homme égoiste qui évolue pour qu'à la fin il fasse un geste totalement désintéressé, j'ai commencé d'abord par le début, pour que le travail soit bien fait, bien exploité.

 

Q - Brick étant un film noir, pourquoi avoir continuer dans ce genre là ?

R - Avant d'insérer les genres, je veux d'abord faire ressentir des émotions, par la suite j'intégre les genres qui est pour moi plus un outil qui me permet de faire passer les différents émotions souhaités.

 

Q - Par qui avez-vous été influencé pour la partie western ?

R -  J'ai été influencé par John Ford pour la seconde partie qui plus un western alors que la première partie est plus un film noir. Mais le film qui m'as plus influencé est Witness où on retrouve dans Looper les idées de la mère célibataire vivant toute seule dans une ferme avec un enfant.

 

Q - On a l'impression de voir dans les influences du Stephen King ?

R - Ben non, j'ai lu très peu de livres de Stephen King, je suis beaucoup plus inspiré des oeuvres de Katsuhiro Otomo comme Akira ou une oeuvre moins connu qui s'appelle Domu. 

 

Q - Es-ce que vous aimez les séries de Science-Fiction comme Doctor Who ?

R - Je viens de finir la saison 5 et là je viens de commencer les premières saisons pour pouvoir bien suivre donc oui je suis fan, fan de science-fiction. J'ai envie aussi de voir Firefly.

 

Q - En plus d'être réalisateur, vous êtes aussi monteur, pourquoi n'avez pas monté Looper ? Et si monter est toujours une expérience que vous voulez continuer ?

R - Tout simplement parce que je n'avais pas vraiment le temps, mes producteurs ont réussi à me convaincre de laisser une autre personne de monter à ma place et d'ainsi me concentrer plus sur la réalisation même si je pense au montage en même temps que je filme, c'est un réflèxe. Oui je veux bien entendu continuer à monter car j'adore ça tout simplement.

 

Q - Bruce Willis a-t-il influencé le jeu de Joseph Gordon-Levitt ?

R - C'est plus Joe qui a étudié Bruce Willis dans ces faits et gestes, il n'y a pas eu une étroite collaboration. Bruce Willis a enregistré les voix off du film pour que Joseph puissent s'en inspirer pour son jeu.

 

Q - Pourquoi la notion d'abandon qui est assez importante dans le film, comment deviens-elle un moteur pour les personnages ?

R - L'abandon est moins une notion centrale, je pensais surtout au final, à l'acte désintéressé du personnage principal qui donne ainsi une nouvelle chance à l'enfant, c'est ainsi que j'ai eu l'idée de l'abandon avec comme exemple la perte de la mère de Joseph Gordon-Levitt quand il était jeune. Mais c'est un thème avec lequel que je joue énormément.

 

Q - Comment avez-vous fait pour que la performance du jeune soit aussi réussi ?

R - Personnellement, je n'ai rien fait, c'est le jeune qui a réussi cette performance tout seul, il est vraiment incroyable, car il nous fallait qu'une seule prise avec lui alors que d'habitude ils en font plusieurs. Il s'impréniait des acteurs en les regardant. Franchement, ce petit est un excellent acteur, une future star.

 

Q - Il y a un côté très noir avec le personnage de Bruce Willis et les enfants, ça n'a pas été un problème pour faire accepter ces passages ?

R - J'avais peur que le public pense que je cherche à aller trop loin dans la violence, alors que je veux surtout appuyer ici sur les émotions car c'est une scène très importante pour moi, c'est pourquoi j'ai joué sur les petits détails, avec l'allongement des plans sur l'arme, je voulais qu'on voit la violence mais pas comme un acte gratuit. La balance entre cette scène et la violence est très importante.

C'est marrant car je ne posais la question si c'était pas culturel car on m'a posé la même question dans la matinée, du fait que si j'avais décidé de montrer l'enfant en lambeaux ou pas. Mais je sais qu'aux USA, c'est totalement inenvisageable. C'est d'ailleurs plus une autre scène qui est dérangeant avec la disparition des doigts.

 

Q - Il y aurait des scènes supplémentaires pour la Chine, es-ce elles apparaitreront dans une director'cut ?

R - Non, il n'y aura pas, la meilleure version est celle que vous avez vu, l'international. J'ai juste utilisé des scènes supplémentaires pour remercier le distributeur chinois de nous avoir aider.

 

Q - Etes-vous sur un nouveau projet ?

R -  Oui, mais je ne vous en dis pas car il est au stade embryonnaire.