How I Met Your Mother

How I Met Your Mother
Créée par Carter Bays et Craig Thomas en 2005
Avec John Radnor, Jason Segel, Alysson Hannigan, Neil Patrick Harris et Cobie Smulders

Genre: Comédie
Saisons: 8, en production

Synopsis: Ted se remémore ses jeunes années, lorsqu'il était encore célibataire. Il revoit avec nostalgie ses moments d'égarements et de troubles, ses rencontres et ses recherches effrénées du Grand Amour.

Critique Saison 6: How I Met Your Mother se lance dans une saison 6 qui se passe directement après la fin de la saison 5 avec l'envie de Lily et Marshall d'avoir un enfant et la rupture entre Don et Robin. Cette nouvelle saison va être plus celle de Barney et Marshall car ils vont vivre des moments importants. Barney va tomber amoureux et va enfin recontrer son père. Marshall par contre lui va perdre son père et ensuite de démissionner de la GNB pou s'investir plus ver l'environnement en oubliant un peu Lily qui veut toujours avoir un enfant avec lui. Ted lui va pendre en main le projet du nouvel immeuble de la GNB mais il doit détruire l'Arcadian, un bel et vieux immeuble new-yorkais qui va lui permettre de rencontrer Zoey et d'avoir une relation avec elle mais tout va finir à cause de son projet. Et Robin va elle aussi démissionner de Channel 12 et se lancer en tant que pigiste dans la chaîne de ces rêves, World Wide News. Le dernier épisode réserve deux belles surprises qui vont peut être nous dire que la série va bientôt se terminer. Les meilleurs épisodes sont le 10 avec le Blitz, le 14 avec la mort du père de Marshall, le 18 avec Barney qui est amoureux de Norah et le 24 et dernier épisode de la saison. Cette saison est loin d'être bonne, elle traine en longueur avec une relation qui ne sert à rien (Ted et Zoey), on s'interresse moins à lui aussi, avec la quête de la "mère". Enuite pour Marshall et Lily, l'attente qu'elle tombe enceinte est trop longue même avec la mort du père de Marshall. Le plus intéressant reste Barney qui va être le personnage principal de cette saison et nous faire aimer ses déboires.

12/20