[Critique Série] The Newsroom Saison 3

the newsroom saison 3 Après trois ans de bons et loyaux services, la série d’Aaron Sorkin tire sa révérence avec une salve de six petits épisodes. En cause : les mauvaises critiques et surtout, Sorkin préfère se concentrer sur le cinéma. Son projet le plus discuté actuellement étant son biopic de Steve Jobs avec Michael Fassbender dans le rôle-titre.

Six épisodes donc pour dire adieu à la rédaction d’ACN que l’on avait appris à aimer et détester le temps des deux premières saisons. Après une saison 2 décevante, s’appuyant davantage sur un fil rouge inintéressant au lieu de se concentrer, comme en saison 1, sur le traitement de l’information, on revient ici à un traitement de l’info au moment de sa sortie. La saison commence d’ailleurs avec les attentats de Boston, qui marquent également le début d’un des fils rouges de la saison : Will McAvoy obligé de protéger Neal après que celui-ci ait découvert des fichiers confidentiels impliquant les plus hauts services de l’Etat. Une réflexion sur le secret des sources plutôt bien traité par Sorkin, qui rappelle la fragilité d’ACN après le fiasco de Genoa.

Egalement en ligne de mire, le rachat d’ACN pour en faire une chaîne plus connectée, utilisant davantage les réseaux sociaux, l’occasion pour Sorkin de pointer avec virulence les limites du « citizen journalism », sans pour autant dénigrer la puissance et les bienfaits d’Internet (merci Neal, pour ton discours à ce sujet dans l’épisode final de la série). Le journalisme a changé, et via le personnage de Charlie, on constate à quel point Sorkin y est profondément attaché. C’est pourquoi les principaux acteurs du rachat semblent écrits de manière grossière, uniquement appâtés par l’argent en vue et la perspective de tout changer, quitte à trahir l’essence d’ACN. Le décès de Charlie apparaît alors comme la fin d’une époque, lui qui s’est battu jusqu’au bout pour un journalisme « old school ».

Cela ne veut pas dire que le combat est perdu, à l’image d’un Will toujours aussi combatif et très bien entouré. La série se finit globalement avec des happy-ends pour tous, des vieux flirts se concrétisant enfin (n’est-ce pas Jim et Maggie) même si l’éthique journalistique de Don est à revoir. Une fin honnête pour une série sous-estimée, qui reprend certes beaucoup des anciennes séries de Sorkin, mais a malgré tout brossé un portrait du journalisme à la fois utopique et aujourd’hui disparu. Le bilan n’est guère positif pour le métier ; la story-line autour d’Hallie, la compagne de Jim, en est la preuve, mais la bataille continue.

Dans l’ensemble, cette ultime saison de The Newsroom ne déçoit pas : Sorkin traite ses enjeux de manière rapide, et si quelques épisodes de plus n’auraient pas été de trop, on sent la volonté de Sorkin de clore les affaires d’ACN de la manière la plus honnête qui soit, quitte à déstabiliser en utilisant une structure en flash-backs pour le dernier épisode de la série. Les acteurs sont toujours aussi impeccables, Jeff Daniels en tête, et les petits nouveaux comme B.J. Novak et Kat Dennings ne déméritent pas. Malgré la polémique liée à certains sujets (l’affaire du viol traitée par Don dans l’avant-dernier épisode), les questions soulevées restent pertinentes, mais parfois de manière maladroite. L’équipe d’ACN va nous manquer. Elle aura été tête à claques, mais attachante, dévouée à son travail. Une dream-team, en somme.

the newsroom saison 3

Une conclusion satsifaisante pour The Newsroom, malgré quelques maladresses d'opinions et d'intrigues.

 

Note:

Note-8-10

The Newsroom
Créée par Aaron Sorkin en 2012
Avec Jeff Daniels, Emily Mortimer, Alison Pill, John Gallagher Jr.,...

Genre: Drame
Saisons: 3, terminée

Synopsis: Les coulisses tendues et survoltées de l'émission "News Night", diffusée sur la chaîne d’information en continue ACN, alors que son présentateur vedette, Will McAvoy, un homme aussi talentueux que détestable, est en pleine controverse suite à des propos tenus en direct remettant en cause le rêve américain. Alors que son équipe a déserté, il se voit attribuer une nouvelle productrice exécutive avec qui il a un passif...